retour au menu




Tarifs
Le refus du conventionnement. Par le fait d'un masochisme collectif et idéologique, les psychologues ont toujours refusé le conventionnement par la sécurité sociale. Arguments : Ils ne veulent pas que l'exercice de leur art dépende de prescriptions médicales et certains affirment que "du prix payé par le patient-client dépend l'efficacité de la cure".
Résultats :
  • Les psychologues cliniciens sont la seule profession paramédicale non conventionnée ;
  • Les psychiatres sont surbookés tout en recevant des patients qui pourraient ne pas être de leur ressort (par exemple quand aucune médication ne s'impose) ;
  • Les psychologues travaillant en CMP sont également surbookés, tandis que la clientèle qu'ils reçoivent est prise en charge à 100% quand bien même il n'en serait pas ainsi dans les critères de la sécurité sociale ;
  • Le remboursement à 70 ou 100% des psychiatres et la gratuité des CMP conduit à leur saturation et à une gestion irrationnelle de l'argent public puisque cette gratuité sans filtre conduit à la prise en charge à 100% d'affections non invalidantes, voire de soins de purs conforts ;
  • Ne pas vouloir dépendre d'une prescription médicale relève selon moi d'un sentiment de toute puissance flagrant. Qu'elle soit le fait d'une seule profession paramédicale et que celle-ci soit précisément celle des psychologues devrait quand même interroger (!) ;
le juste prix Je me suis demandé quel pouvait être le "juste prix" d'une séance de psychothérapie.
J'ai lu plusieurs ouvrages sur la formation des prix et j'en suis arrivé aux conclusions suivantes :
  • Le salaire horaire d'une profession est déterminé par l'utilité sociale de la profession, par son niveau de technicité, par sa rareté plus ou moins organisée (numerus clausus) et enfin par la pénibilité ;
  • Sur l'utilité sociale des psychologues : imaginons les effets d'une grève des psychologues et ceux d'une grève des contrôleurs aériens, ou des chauffeurs de camions poids lourds ... "no comment" ....
  • Sur le niveau de technicité des psychologues : Bac + 5, plus quelques formations complémentaires, soit le niveau de technicité d'un professeur de l'enseignement secondaire.
  • Sur la rareté : 350.000 étudiants diplômés pour 5.000 psychologues en exercice (chiffres de 1990 à actualiser) ! ... Mais la rareté a aussi à voir avec la notoriété individuelle....
  • Sur la pénibilité : Quelle commune mesure entre une heure en séance individuelle et une heure d'enseignement devant une classe de collégiens survoltés ? ... nonobstant les pêcheurs de crabes en mer de béring ou les bûcherons des Bauges ...
Considérant ces données, quel est le coût d'une "séance" ?
Toutes charges confondues (y inclu un revenu brut mensuel de 3500€, correspondant au salaire moyen d'un psychologue travaillant en institution ou à celui d'un professeur de collège), le total des charges s'élève en moyenne à 4150€ par mois. Répartis sur 120 heures par mois, cela donne 34,58€ par séance d'une heure.
Pourquoi 120h ? - Parce que la coutume veut que les psychologues cliniciens salariés travaillent 35h par semaine dont 7h (1/5) accordées pour « Documentation, Information, Recherche, Elaboration, Supervision » (D.I.R.E.S.), et qu'il faut bien un comparatif.
mes tarifs Ils sont déterminés par cette analyse et sont fonction du type d'intervention souhaitée (formation, supervision, groupe de parole, coaching, psychothérapie).
Me contacter.

TVA Prestation non soumise à TVA
et en 2010 ?J'étudie une tarification basée sur le quotient familial... Elle aurait le mérite d'introduire des notions de justice et de solidarité sociale, mais c'est un peu compliqué à mettre en oeuvre, et donc, comme tout ce qui est compliqué...
A suivre...

Mode de règlement Par chèques uniquement, à la seule exception des mineurs dont les parents ne peuvent assurer la prise en charge et qui ne relèvent pas d'institutions.